L'informatique appliquée à l'histoire | La quête du futur en histoire

TAG | Généalogie

Oct/10

25

La généalogie au service de l’histoire

L’inspiration pour ma contribution mensuelle au blogue est venue d’un endroit assez inattendu : une publicité télédiffusée. En pleine semaine de lecture, assis devant ma télé à faire tout sauf de la lecture, une annonce passée sur Historia attira mon attention : « Que vos objectifs soient clairement identifiés ou non, venez trouver vos origines sur ancestry.ca ». J’ai aussitôt obéi!

Arrivé sur le site web ancestry.ca, on est frappé par ce qui est avancé en gros titre : « Découvrez la plus grande ressource généalogique en ligne au monde. ». Le contenu du site est donc assez évident : un outil web pour construire un arbre généalogique. Ce phénomène est apparemment suffisamment populaire pour justifier la création d’un tel site.  Puisqu’il vise une clientèle néophyte, le site est très convivial et « user-friendly ». Il rassemble une impressionnante quantité de documents rapidement accessibles provenant de différents pays. Par exemple, on peut y trouver la totalité des recensements canadiens entre 1851/51 et 1916, les registres paroissiaux et Actes d’état civil du Québec, annuaires des villes, mais aussi, les naissances, mariages et décès de l’Ontario, la liste des soldats canadiens de la Première et Deuxième Guerre mondiale, des documents sur l’immigration au Canada, etc. On retrouve aussi beaucoup de documents semblables sur les États-Unis et le Royaume-Uni rassemblés sur le site. La quantité de documents numérisés est phénoménale.

Le site ancestry.ca permet aussi aux utilisateurs de se bâtir un arbre généalogique interactif et évolutif. À partir du site web même, on peut établir des liens de parenté sur plusieurs générations aux files des recherches qui avancent. On peut aussi partager nos trouvailles avec d’autres membres de la famille qui pourront eux aussi contribuer aux recherches. Il est même possible d’utiliser le travail des autres utilisateurs du site! Si l’intérêt pour des recherches personnelles est évident, peut-on en dire autant un historien? Sans aucun doute. Le principal attrait pour un chercheur professionnel vient de la facilité et de la rapidité avec laquelle on peut avoir accès à une très grande quantité de sources. Certes, le site s’appelle ancestry et il est conçu pour la généalogie ; et alors! Rien ne nous empêche d’utiliser ces sources pour d’autres fins. Et qui a dit qu’on devait faire NOTRE arbre généalogique?

Tout ceci est trop beau pour être vrai; il y a donc un hic, un petit hic : Le site est payant. Quinze dollars par mois, ou cent-vingt par année. De plus, le moteur de recherche est construit pour répondre à une demande de généalogie. Il faut donc faire de la gymnastique informatique pour arriver à des données brutes. Mais on ne pourrait reprocher à ancestry.ca de vouloir accomplir son mandat de généalogie, ce qu’il fait très bien d’ailleurs. La « plus grande ressource généalogique en ligne au monde »? Je ne sais pas, mais certainement assez grande pour répondre aux besoins.

Ancestry.ca

En août 2010, un ambitieux projet de recherche historique a vu le jour. Suite au colloque international sur les Filles du Roy qui s’est tenu à Québec dans le cadre du 400e anniversaire de la ville, un groupe de personnes intéressées par l’histoire des femmes ont décidé de faire la lumière sur ces envoyées « spéciales » de Louis XIV. La Société d’histoire des Filles du Roy a ainsi été formée avec comme objectif de faire sortir de l’oubli, mais surtout, de réhabiliter ces femmes à la réputation salie par un jeu de mots trop simpliste qui court depuis 300 ans ; Filles du Roy, Filles de joie. Pour ce faire, un inventaire de chacune d’elle sera fait afin de retrouver leurs origines françaises, leur famille, condition sociale, descendances, etc.

Le site internet de la Société d’histoire des Filles du Roy est tout aussi ambitieux que le projet lui-même. Afin d’assurer la diffusion internationale, le groupe entretient efficacement un site web. Utilisant le moteur de blogue WordPress, le site est facilement navigable et il est mis à jour assez régulièrement pour nous tenir informés de l’évolution du projet. Il permet aussi de rendre accessibles les derniers résultats de recherche au grand public. Par exemple, l’une des pages ajoutées quelques semaines après l’ouverture du site présente un tableau avec le nom des époux des Filles du Roy. Ces informations sont potentiellement intéressantes pour la généalogie. D’ailleurs, l’un des objectifs de la SHFR est justement de « développer la généalogie par les femmes en établissant des lignées matrilinéaires » des Filles du Roy.

Puisque le site vient tout juste d’être mis en place, il est difficile d’évaluer pour l’instant son impact sur la recherche historienne. La SHFR fait toutefois un appel intéressant aux apprentis historiens en quête d’un sujet de Maître : pourquoi ne pas leur donner un coup de main? Une fois l’inventaire terminé, celui-ci pourra servir pour d’autres recherches quantitatives de tout genre ne visant pas exclusivement les Filles du Roy. Pour ce qui est de la qualité du site, on note surtout la simplicité esthétique qui n’enlève toutefois rien au contenu et rend la navigation encore plus facile. Même si on ne doute pas de la qualité des informations diffusées sur le site, on apprécierait toutefois que les mises à jour ou les nouvelles pages du site soient signées par autre chose qu’un simple pseudonyme.

http://lesfillesduroy-quebec.org/

· ·

Theme Design by devolux.nh2.me