L'informatique appliquée à l'histoire | La quête du futur en histoire

CAT | Muséologie

Le Château de Versailles, étant une institution muséale française importante, produit une grande quantité d’expositions virtuelles. Je m’intéresserai dans ce court article au contenant ou, ce que l’on pourrait nommer, l’aspect muséologique. Puisque l’institution utilise plusieurs formats pour présenter des collections, j’ai axé ma réflexion sur 3 mises en expositions différentes : Sciences et curiosités à la cours de Versailles, Louis XIV : La construction d’une image politique et Versailles et l’antique.

D’emblée, l’apport pour les historiens est assez minime. La documentation présente une vue globale du sujet sans entrer en profondeur dans celui-ci. On peut trouver, par contre, des numérisations de haute qualité. Toutefois, la mise en espace (virtuelle) est intéressante à analyser puisque les moyens utilisés sont très variés. Un muséologue ou un muséographe aura un terrain de réflexion fertile sur le site du Château de Versailles.

Sciences et curiosités à la cours de Versailles est l’exposition que je considère la plus classique. En effet, on retrouve un plan du château qui nous permet d’explorer différentes salles associées à des thèmes précis de cette exposition. Une fois sur la page du thème on retrouve un article conventionnel relatant les faits associés à certains artéfacts qui ont été photographiés et qui nous sont présentés sur la même page. Pour alléger la lecture certains passages sont sous forme de capsules vidéos. Louis XIV : La construction d’une image politique est une exposition en partenariat avec la Cultural Institute de Google. Ayant accès à des ingénieurs spécialisés dans la mise en ligne d’objets du patrimoine, le rendu visuel est vraiment impeccable. Toutefois, la disposition (idée d’un grand mur que l’on parcourt de gauche à droite) est très linéaire. Le dynamisme que permet le numérique n’est pas présent. De plus, le contenu est très limité. Finalement, Versailles et l’antique, est une exposition immersive fort intéressante. Nous pouvons visiter, grâce à un plan, l’ensemble des salles de cette exposition qui se déroule actuellement au château. On se trouve donc à un point fixe et on peut tourner la tête pour observer les différentes œuvres d’art. Toutefois, le point fixe empêche le visiteur d’observer un élément sous l’angle qu’il voudrait. Il est limité à un angle qui n’est pas toujours judicieux. Parfois, l’œuvre est très loin et on ne peut pas en apprécier le détail. Certaines œuvres sont cliquables, mais ce n’est pas une majorité. Il y a donc une pré-sélection qui empêche le visiteur d’approfondir l’œuvre qu’il souhaite. Ce type de médiation culturelle semble être mise en place pour inciter le visiteur à se rendre directement sur les lieux pour admirer les œuvres.

Avec plusieurs mises en exposition avec leurs forces et leurs faiblesses, le Château de Versailles a le mérite d’oser innover dans les moyens technologiques de valorisation de leur patrimoine.

Liens vers les expositions :

http://sciences.chateauversailles.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=93&Itemid=95&lang=fr

http://www.google.com/culturalinstitute/exhibit/louis-xiv/AR9JhTFH?hl=fr

http://www.chateauversailles.fr/resources/360/antique/fr/index.html

No tags

Nov/09

14

Musée National du Moyen Âge

Paris, ville populaire lorsque l’on traite des voyages ou du tourisme. Dans cette même ville, de nombreux classiques sont accessibles, que ce soit la Tour Eiffel, le musée du Louvre, le jardin des Tuileries ou encore la place de la Concorde. Mais avez-vous déjà entendu parler du musée National du Moyen Âge  de l’hôtel Cluny? Non? Pourtant, il s’agit d’un musée extrêmement intéressant à visiter (quel musée ne l’est pas pour nous, âmes adorant l’histoire?). Bien sûr, ce n’est pas le Louvre, mais il en vaut quand même le déplacement.

C’est pourquoi, je souhaite au moins vous introduire au site web du musée, question de vous mettre en appétit quelque peu.  Premièrement, rendez-vous sur le lien suivant: http://www.musee-moyenage.fr/index.html . Vous êtes maintenant sur la page d’accueil.

Sur la gauche, un menu vous propose différentes possibilités. Déjà, le site est disponible en trois langues, soit français, anglais et espagnol. On peut également avoir un aperçu des collections disponibles lorsque nous allons dans la section musée. De plus, l’historique des batîments utilisés pour les expositions sont disponibles dans la même section. Si l’on veut s’attarder sur les activités du musée afin de planifier une prochaine visite, c’est possible et accessible via la page d’accueil et le menu à gauche encore une fois. Enfin, le reste du menu est en rapport avec la localisation du musée ou le partenariat ou autres activités moins pertinentes pour nous, étudiants que nous sommes.

Si l’on s’attarde sur la manière dont est construit le site, on peut voir que l’attrait visuel est la principale caractéristique du site. Au niveau de la logistique, tout est simple et facile d’accès pour n’importe qui, même un néophyte de l’internet. C’est à la fois une force et une faiblesse. C’est une force dans la mesure où cela rend le site accessible à tous, mais c’est une faiblesse au niveau de la quantité d’informations disponibles parfois. Cependant, nous comprenons que le site est essentiellement conçu pour attirer la clientèle à venir visiter le musée. Il ne s’agit pas d’un site aux visées scientifiques, c’est plutôt au niveau publicitaire et marketing que nous pouvons établir les buts de l’utilisation d’internet dans la diffusion d’informations reliées au musée.

Encore une fois, je vous conseille lors de votre prochain séjour à Paris, de vous rendre à ce musée. Sinon pour le moment, vous pouvez vous donner une idée de ce qu’il y a à visiter en vous rendant sur le site internet de l’établissement.

Maxime

· · ·

Oct/09

31

Computer History Museum

Situé dans la Silicon Valley en Californie, le Computer History Museum, comme son nom l’indique, présente l’histoire de l’ordinateur et de l’informatique. Bien que le musée soit situé à une distance considérable du Québec, son site internet ne regorge pas moins d’informations sur le sujet. En effet, plusieurs expositions peuvent être visitées en ligne. On y présente des lignes du temps complètes portant notamment sur l’histoire de l’ordinateur et l’histoire de l’internet. Ces expositions virtuelles sont facilement accessibles au grand public. Un résumé de chacune d’entre elles est présent sur le site permettant ainsi de mettre le visiteur en contexte. L’utilisateur peut y naviguer sur le site très facilement. Les sections sont clairement identifiées dans une interface épurée aux couleurs vives et attrayantes.

Pour les historiens, la section la plus intéressante est sans contredit celle intitulée « Explore ». En effet, c’est dans celle-ci que nous retrouvons la collection et les documents de recherche du CHM. Comme il est mentionné sur le site, tous les documents dans la collection du musée ne sont pas numérisés. Du moins, la collection en ligne présente plus de 69 000 documents. On y retrouve entre autres des transcriptions d’entrevues et de discussions orales entre les pionniers et les acteurs de l’histoire de l’informatique, mais aussi une collection intéressante de dépliants de ventes et de publicités sur les ordinateurs. Malheureusement, bien que la navigation dans le site soit très agréable et fonctionnelle, on ne peut en dire autant de la fonction de recherche dans le catalogue. Il est en fait impossible d’y effectuer de recherche avancée, ni même de recherche simple par catégorie (auteur, titre, etc.) Par exemple, en tapant le terme de recherche « apple » on se retrouve avec une multitude de pages de documents. Peu pratique. Du moins, les archives complètes sont accessibles de façon payante moyennant un abonnement au musée (40$ US/an pour un étudiant). Il est à noter que le CHM diffuse sur son canal YouTube des vidéos d’archives, des entrevues et des conférences concernant l’histoire de l’informatique.

Malgré la recherche difficile dans la collection, le site internet du Computer History Museum est une ressource incontournable pour quiconque voulant apprendre sur l’histoire de l’informatique.

Adresse : http://www.computerhistory.org/

Julie

Oct/09

30

Clefs pour l’histoire du Musée McCord

Le site du Musée McCord a mis à la disposition des utilisateurs une section consacrée à l’histoire. Cette section interactive qui s’intitule Clefs pour l’histoire offre aux publics plusieurs options telles que l’accès à leur collection numérisée, aux expositions virtuelles, à des jeux interactifs en ligne, aux circuits thématiques et à des ressources pédagogiques.

Pour la communauté historienne ainsi que pour le grand public, la section « Collections-Recherche » propose une collection de 135 000 images d’artéfacts provenant du Musée McCord et de sept autres musées canadiens. Certaines collections d’envergure sont ainsi disponibles en ligne. À titre d’exemple, nous pouvons consulter une partie de la collection « Costumes et textiles » et « Ethnologie et archéologie ». Elles peuvent être facilement consultées sur le site, notamment grâce à des outils de recherche faciles à utiliser. L’internaute trouvera son information notamment en utilisant des mots-clés ou par la recherche par catégories.

De plus, grâce aux sections « Expositions virtuelles » et « Circuits thématiques », l’expérience virtuelle sera des plus intéressantes. Les circuits thématiques, par exemple, sont divisés en cinq grands thèmes et sont répartis en cinq périodes temporelles. Ils font un survol de l’histoire du Canada des 19e et 20e siècles. Les dossiers peuvent être consultés par un circuit web (HTML) ou par un clip vidéo offert en QuickTime ou en Flash ce qui rend cette section interactive. Cinq expositions virtuelles variées et dynamiques sont disponibles en ligne, comme l’exposition « Sans rature ni censure » qui nous propose des caricatures éditoriales du Québec entre 1950 et 2000. Le Musée McCord offre aussi une section pédagogique EduWeb, qui permet de réaliser en ligne des activités originales et diversifiées sur l’histoire canadienne. Bref, le Musée McCord propose un site fort détaillé et bien construit.

Josianne

Adresse : http://www.mccord-museum.qc.ca/fr/clefs/

No tags

La Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine – Musée d’Histoire Contemporaine (BDIC), située en France sur le campus de l’Université de Paris X-Nanterre, possède un site vaste qui couvre autant l’acquisition, la conservation et la diffusion de sa documentation, autant de vocations assumées par cet organisme.

La BDIC assume un rôle double, soit de bibliothèque et de musée. À partir de leur site web, il est possible de rechercher parmi les différentes banques de données affiliées à la BDIC ainsi que de naviguer dans le contenu de leurs expositions muséales actuelles et virtuelles.

Le site web de la BDIC est bien organisé, mais le nombre important de rubriques peut rendre la navigation parfois difficile. De plus, les différentes banques de données semblent utiliser des systèmes de recherche différents ce qui n’est pas idéal. Par contre, l’utilité de ce site pour les historiens est réelle. La vaste base de documentation et de sources que la BDIC possède sur l’histoire contemporaine, spécialement sur les deux conflits mondiaux, est utile pour tous ceux qui se spécialisent sur cette question. La bibliothèque numérique d’archives et d’images, accessible via la rubrique « Catalogues & Bibliothèque numérique » est probablement la ressource la plus importante que le site propose avec une collection de documents iconographiques et de journaux d’époque impressionnante.

Adresse : Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine

Thomas

· · ·

Theme Design by devolux.nh2.me