L'informatique appliquée à l'histoire | La quête du futur en histoire

TAG | Jeux sérieux

1759 ! L’exposition virtuelle/jeu sérieux du Musée Virtuel du Canada vise à  faire « un retour sur les étapes cruciales de la bataille des plaines d’Abraham : contexte, préparatifs, siège de Québec et affrontement.[1] ». Oublier le 400ème anniversaire de Québec en 2009, alors que la reconstitution de la bataille de la plaine d’Abraham crée un scandale[2]. Tout est beaucoup plus facile à accepter quand on le met sur support informatique. D’ailleurs, il n’est pas question d’attendre le 250ème anniversaire de la bataille. Le jeu est publié dès  2005 par la Commission des champs de bataille nationaux en grande coopération avec Le MVC lors du, très important, 246ème anniversaire de la bataille. Retour sur ce jeu « phare » et son contenu.

Le jeu consiste à prendre la place d’un Amérindien, d’un Britannique, d’un Français ou encore d’un Canadien afin d’explorer les différents enjeux de la Guerre de Sept Ans. Lors de la sélection d’un personnage l’on doit passer au travers des 4 modules qu’ils composent. Ceux-ci sont composés de sous-modules cliquables qui affichent différentes informations  ou encore mène à un mini-jeu. Simple comme bonjour direz-vous?! En fait, il y a toujours un module qui est difficile à trouver et le jeu devient rapidement frustrant. Pour les moins patients d’entre nous, il est important de savoir que l’on peut sauter toutes les activités (questionnaire, associations, vrai ou faux …) et passer aux modules suivants. Cependant, il est impératif de trouver toutes les sections cliquables. De quoi décourager les moins patients d’entre nous… Pour ceux qui auront passé à travers toutes les étapes, vous aurez la satisfaction d’écouter une vidéo de 7 minutes sur la bataille de la plaine d’Abraham.

Qui utilise cette exposition numérique encore aujourd’hui pour se remémorer cette glorieuse bataille ou encore pour l’utiliser à des fins pédagogiques ? Pourtant, en 2005, l’initiative parait intéressante. Les outils utilisés sont à la fine pointe de la technologie pour l’époque. Le langage Flash permet un environnement dynamique. Plusieurs options dans l’exposition/jeu nous permettent  de bien naviguer. L’onglet « navigation » permet plusieurs options et rajoute un excellent complément. Cependant, plusieurs jeux et animations sont d’une qualité douteuse. De plus, cette formule ne nous permet jamais de nous sentir dans un jeu ou encore dans une exposition. On navigue entre deux eaux tout le long de l’expérience et il s’agit d’une des plus grandes faiblesses de l’exposition/jeu. De plus, des bogues de chargement bloquent la progression dans le jeu[3]. C’est la frustration ultime, car en 3 tentatives (2 heures d’essai), nous n’avons pas réussi à finir le jeu.

Jeu « phare » en effet, mais sûrement pas pour son succès. Cependant, nous pouvons questionner la place que prend le jeu dans un espace politique tourné de plus en plus vers une tentative de coercition canadienne. Ici, il n’est pas question de critiquer la véracité des sources : elles sont bien exposées,cités et il est évident qu’il a eu un grand travail de recherche derrière ce projet. Toutefois, leur représentation ainsi que l’utilisation qui en a été fait nous démontre clairement un penchant : celui de la tentative  d’une histoire canadienne unique au détriment de 4 histoires différentes qui s’enchevêtre. Dans cette optique de vue, 1759 ne représente qu’une des premières pierres du projet à laquelle on pourrait greffer un bon nombre de projets du gouvernement du Canada depuis 2005 (comme celui de 1812.gc.ca ou encore le changement de nom du musée canadien des civilisations). En ce sens, 1759 représente plus qu’un simple jeu sérieux édité dans un but éducatif. Il pose un réel questionnement : Celui de la construction d’une histoire nation et de l’analyse de ses composantes.

http://1759.ccbn-nbc.gc.ca/ : Lien vers le jeu … et amuser vous !

http://www.ccbn-nbc.gc.ca/_fr/1759.php : site de la Commission des champs de bataille nationaux

http://www.youtube.com/watch?v=Le0k5xg2FSg : Pour votre pur plaisir : une publicité du musée virtuel canadien à propos du jeu 1759 !


[1] http://www.ccbn-nbc.gc.ca/_fr/1759.php?section=5

[2] http://www.ledevoir.com/politique/canada/231157/des-commandites-aux-plaines-d-abraham

[3] Pour ceux qui voudraient absolument voir la scène finale : cliquer sur le dernier onglet de la page : 1759, plan du site. (Après 1 heure de recherche et sachant comment le jeu a tendance à « bugger », il n’était pas question que je vous prive de la satisfaction de voir la fin du jeu)

· ·

Déc/09

17

Les « serious games » sur internet

Les serious games, ou jeux sérieux, est un genre où le but premier est d’apprendre et non pas de tout simplement divertir. Ce courant prend de la popularité et différents sites en font la promotion. Certains exemples de jeux sérieux sont aussi disponibles gratuitement sur internet. Dans la vidéo qui suit, le Serious Games Initiative, explique très bien les enjeux du jeu pour le monde de l’éducation. On affirme que les enfants passent trente heures à jouer aux jeux vidéo par semaine et le rapport avec le temps consacré aux devoirs est disproportionné. C’est donc essentiel pour le monde de l’éducation d’utiliser les jeux sérieux et de comprendre les mécanismes d’apprentissages par ce média.

Vidéo sur les jeux sérieux

Beaucoup plus à jour que le Serious Games Initiative, Serious Games Source recense les nouvelles et les emplois liés à ce genre de projet. Jeuxsérieux.fr, pour sa part, constitue un portail extrêmement complet sur ce sujet. Enquêtes, dossiers et actualités, tous en français, sont disponibles. Parmi les exemples de serious games gratuits, Darfur is Dying permet de sensibiliser les gens aux conditions d’un camp de réfugiés du Soudan quant aux problèmes liés au génocide qui a lieu là-bas. Un autre exemple, abordant la problématique des inondations en Angleterre, existe avec Floodsim. Via les différents sites présentés, il est aussi possible de trouver d’autres jeux sérieux.

Il semble par contre, après ce survol, que le domaine de l’histoire soit peu représenté. S’il est possible d’apprendre dans différents domaines variés avec ces jeux , l’histoire peu bel et bien prendre ça place dans le lot. Les sujets d’actualité ainsi que les simulations sont en vogue lorsqu’il est question de serious games. Par contre, tous ces projets sont très adaptables à des jeux de nature historique, autant que ces initiatives soient suivies par des historiens pour ne pas que, comme à de nombreuses reprises, l’histoire soit transformée et devienne peu fidèle à la réalité.

Thomas

· ·

Theme Design by devolux.nh2.me