L'informatique appliquée à l'histoire | La quête du futur en histoire

TAG | Manga

Parmi la multitude de sujets qui intéressent l’historien, les études sur les mangas s’insèrent dans un cadre atypique. Les mangas, aussi appelés bandes dessinées japonaises, connaissent une popularité au Japon dès 1945. Cette littérature de grand public s’adressent principalement aux enfants. Il existe plusieurs catégories de mangas. Les Shonen manga sont les histoires pour les jeunes garçons. Les Shojo manga s’adressent aux jeunes filles et les Seinen manga sont destinés aux adultes. Ce n’est qu’en 1980 que ce champ de recherche est exploré par les historiens. En effet, les mangas comportent de nombreux éléments historiques qui peuvent être analysés.  C’est dans ce contexte que le site web Manga Traders est crée en 2005. Cet outil de recherche gratuit est utile pour les historiens et les amateurs de mangas puisqu’il permet de lire des mangas en ligne gratuitement.

Manga Traders a pour objectif de publier des mangas et de partager ce divertissement populaire, ce qui les rend accessibles à la communauté internaute. Ils peuvent être visionnés en ligne ou même téléchargés par les Internautes. Avant la création de ce site, les mangas étaient dispersés sur le Web, rendant la recherche laborieuse. Un utilisateur possédant le pseudonyme Aftershock décide de mettre en ligne Manga Traders. Il veut rassembler tous les mangas en un seul endroit, y compris les Manhwa de Corée et les Manhuas de Chine. Le site devient rapidement un centre d’échange et de partage d’information pour numériser et publier des mangas.

Il faut cependant noter que les mangas sont uniquement traduits en anglais. Cette lacune peut occasionner des problèmes d’authenticité pour le chercheur. En effet, il existe une communauté d’amateurs de mangas sur Internet. Certains d’entre eux numérisent les chapitres sortis dans les magazines au Japon chaque semaine. À partir de cette numérisation, ils traduisent les textes du Japonais à l’Anglais. C’est cette traduction amateur qui causent des soucis aux historiens, car elle peut comporter des erreurs qu’un traducteur professionnel n’aurait pas fait.

Mis à jour quotidiennement, ce site publie les nouveaux mangas et One Shot manga. Il faut mentionner qu’une liste de mangas mis à l’index est établie afin d’enrayer le téléchargement de mangas pornographiques illégaux (Hentai ). La section Parcourir les mangas (Browse Manga) permet d’avoir un aperçu global du fonctionnement de la recherche des mangas avant d’aller sur l’onglet Recherche (Search). Cette section Recherche renferme un grand nombre de critères de sélection notamment l’auteur, le titre, le résumé, le genre, si la série est terminée ou encore en publication. Les résultats mènent à deux possibilités, soit ceux classés par les séries existantes ou par fichiers téléchargeables disponibles. À cela s’ajoute, un onglet Forums permet d’apporter des suggestions et discuter des dernières séries en vogue. Enfin, une section Support technique (Support) a été mise sur pied afin de répondre aux questions fréquemment posées.

Pour chaque manga choisi, le lecteur a accès aux renseignements essentiels soit, au résumé, aux séries connexes publiées par l’auteur, au genre et l’existence d’un forum de discussion. Il est possible pour le lecteur de sélectionner les tomes ou les chapitres qu’il désire lire en ligne. Pour avoir accès au téléchargement, le visiteur doit créer un compte utilisateur et se connecter. Malheureusement, il est impossible de supprimer le compte. Il faut donc cesser de l’utiliser si nous ne sommes plus intéressés à utiliser le compte. 

Après la lecture du chapitre, le lecteur est invité à répondre à un sondage et de noter le manga sur une échelle de 1 à 10 pour donner un aperçu du succès de la série. Les résultats sont comptabilisés sur un diagramme à bandes verticales et visibles pour les autres lecteurs. Par contre, il est impossible de commenter le manga afin de justifier le vote.

Au final, Manga Traders est un outil de recherche à faire découvrir aux spécialistes du manga, mais aussi aux amateurs de cette littérature populaire nippone. Il présente également l’avantage de regrouper les tomes des séries publiés au Japon, mais qui ne le sont pas encore en Europe ou en Amérique. Les lecteurs peuvent même avoir accès aux séries nippones qui n’auront pas la chance d’être publiées en librairie par manque de popularité occidentale.

Bonne lecture !

Pour en savoir plus :

Ouvrages :

TILLON, Fabien. Culture manga. Paris, Nouveau Monde, 2006, 144 p.

GRAVETT, Paul. Manga : Soixante ans de bande dessinée japonaise. Monaco, Du Rocher, 2005, 176 p.

Site Web :

Brève histoire du manga : Glénat manga (2008). Histoire du manga [site Web]. Consulté le 16 octobre 2012. http://www.glenatmanga.com/histoire-du-manga.asp

Glossaire :

Manga : Littéralement, ce mot signifie : « Images dérisoires ». Ces mots ont été repris pour caractériser la bande dessinée japonaise. [retour]

Shonen : Ce sont des mangas dont les histoires s’adressent aux jeunes garçons. Ces histoires se caractérisent par la présence de scènes d’action. [retour]

Shojo : Ces mangas renferment des histoires s’adressant aux jeunes filles. Ils se caractérisent par la grande quantité de scènes romantiques portée sur les sentiments et les émotions. [retour]

Seinen : Ces mangas s’adressent à un public adulte s’adressant aux hommes et aux femmes. Ces histoires comportent beaucoup plus de violence et sont portés sur l’intrigue. [retour]

Manhwa : Désigne les bandes dessinées coréennes. [retour]

Manhuas : Désigne les bandes dessinées chinoises. [retour]

One Shot : Ce manga se veut être une histoire qui se déroule en un tome. [retour]

Hentai : Ce sont des mangas à caractère pornographiques. Bien qu’ils soient relativement acceptés au Japon suivant des lois très précises, ces derniers sont considérés comme de la pornographie en Amérique. [retour]

· · ·

Theme Design by devolux.nh2.me